Football : Zidane avec l’Algérie ou Meriem chez les Bleus ?

par Hervé Pugi.


N’en déplaise à certains (pas les plus fréquentables) en France, Karim Benzema ne chantera pas « La Marseillaise ». De quoi réactiver le débat sur l’identité nationale. Une question qui se pose également de l’autre côté de la Méditerranée après dix années d’une politique centrée sur  le retour au bercail originel des binationaux. Une réussite ?  

« Belfodil dit qu’il est en train de réfléchir. Alors, moi aussi, je réfléchirai avant de le convoquer. Je dis souvent une chose dans mes conférences de presse, mais dont vous n’avez jamais mesuré la profondeur du sens exact : je veux des Algériens qui s’assument et qui viennent sans faire de calculs. Je veux des joueurs qui respectent le maillot et qui ne sont pas hypocrites. » L’avantage avec Vahid Halilhodzic, c’est qu’il n’a pas la langue dans sa poche. A l’heure où Ishak Belfodil, natif de Mostaganem et buteur en devenir du club italien de Parme, se fait désirer et pose ses conditions pour rejoindre l’EN, le sélectionneur des Fennecs se montre comme toujours sans concession mais surtout envoie un pavé dans la mare. Celle de la motivation réelle des binationaux à choisir un pays plutôt qu’un autre.

Un discours nouveau du côté d’Alger. Il y a encore peu, le président de la Fédération lui-même s’attribuait une grand part des mérites de l’ancien sélectionneur, Rabah Saâdane, en proclamant notamment au site Slate que « cette équipe qualifiée pour le Mondial 2010, je l’ai construite ». Et Mohamed Raouraoua de préciser : « j’ai constaté que notre football n’était plus capable de produire des joueurs de la trempe de Madjer, Assad ou Belloumi. J’ai donc fait le choix des joueurs professionnels évoluant en Europe ». Voilà qui a le mérite d’être clair, au point d’en être désarmant de légèreté. Dur à comprendre qu’une nation de football comme l’Algérie ait pu ainsi décider de tourner le dos à son football local encore mal dégrossi pour s’appuyer sur des talents « étrangers » confirmés (ou pas)  dont l’attachement aux couleurs peut parfois sembler très discutable.

Des résultats qui interrogent…

Car les faits parlent d’eux-mêmes, des pays comme l’Algérie, le Maroc, la Tunisie ou encore le Sénégal -tous partisans de la politique de rapatriement des binationaux- ne sont nullement parvenus à convaincre sur la scène internationale footballistique. Les résultats affichés lors de la dernière CAN en Afrique du Sud en sont une énième démonstration. Passer le premier tour (voire se qualifier) semblait la moindre des choses. Vu que la Coupe du monde n’a guère été plus brillante… Du coup, on peut légitimement s’interroger sur les pratiques de ces fédérations qui se coupent de la base nationale et se condamnent ainsi à faire de la figuration dans les différentes compétitions de jeunes. Assurément pas le meilleur moyen de préparer l’avenir.

La structuration des clubs, l’appui à la formation, l’attachement à la sélection nationale dès le plus jeune âge apparaissent comme des pistes bien plus raisonnables à suivre. D’autant que miser sur les « expatriés » revient à jouer à la roulette russe. Pour un Belhanda ou un Boudebouz, combien de Ben Arfa, Benzema, Nasri, Sissoko ou Rami qui échappent aux pays de leurs parents ? Les bonnes pioches ne manquent pourtant pas chez les possesseurs de la double nationalité. Et si certaines opportunités ne doivent pas être ratés, nul doute qu’un travail de fond doit là aussi être fait par les DTN pour sensibiliser les plus jeunes sur la responsabilité et l’implication qui leur incombe au moment de revêtir les couleurs de leur future sélection nationale. Et ça, Zidane comme Meriem l’avaient bien compris. Peu importe le maillot qu’ils avaient sur le dos…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s