Slimani, le « Bon Dieu » et… le pouvoir

par Hervé Pugi.

En s’imposant de belle manière au Bénin (1-3), l’Equipe nationale n’a pas raté l’occasion de faire la bonne affaire dans la course à la qualification au Mondial 2014 au Brésil. Et les téléspectateurs les plus attentifs n’auront pas manqué de constater que le tournant du match a eu lieu… au moment de l’appel à la prière !

Les supporteurs des Fennecs en étaient à se demander à quels saints se vouer après l’ouverture du score de Rudy Gestede sur un centre anodin à la demi-heure de jeu. Et ce après que les Verts aient vendangé nombre d’occasions de but de manière inexplicable. Il n’en fallait pas plus aux superstitieux pour hurler au « mauvais oeil ». C’était sans compter sur le « Bon Dieu » qui leur envoyait un premier signe avec la parade -pas miraculeuse mais presque- de Raïs M’Bolhi sur une frappe diabolique de Sessegnon. La suite est bien connue. Alors que l’angoisse grimpe, que la tension est à son comble et que le doute envahit les esprits des supporteurs, la télévision d’état algérienne n’a pas dérogé à ses principes en coupant court à la retransmission du direct pour laisser place à l’appel à la prière.

D’un rectangle vert à un autre, chacun a apprécié la situation à sa manière. Ceux pour qui le football est une seconde religion ont tout juste évité le blasphème en allumant une énième cigarette. Quant aux autres, plus pragmatiques, peut-être n’ont-ils pas manqué d’adresser quelques suppliques aux cieux pour tirer l’EN de cette impasse aussi imprévue que néfaste dans la course à la grande fête brésilienne de l’été prochain. Hasard ou destiné, il n’empêche qu’au retour de la prière, tous ont eu le bonheur de contempler sur leur écran un Slimani triomphant au milieu de ses coéquipiers affichant tous un large sourire. Certains prétendent même avoir entraperçu Vahid Halilhodzic satisfait. Ce qui, pour le coup, tiendrait du miracle ! Quatre minutes plus tard, le même Slimani pliait le match. Nabil Ghilas portant l’estocade dans le dernier quart d’heure.

Après de tels rebondissements, les supporteurs les plus acharnés des Fennecs auront désormais bien du mal à pester contre les « coupures divines » imposées par la télévision d’Etat. D’autant que les plus perspicaces noteront que l’effet a couru toute la soirée : le Rwanda n’a-t-il pas ensuite ramené un nul aussi précieux qu’inespéré de son voyage au Mali (1-1) ? Le « Bon Dieu » a donc offert plus que trois points à l’Algérie. Depuis dimanche et plus que jamais, ils va sans dire qu’ils sont désormais nombreux les Algériens à scruter leur écran et à attendre impatiemment l’heure de la prière. Pas forcément pour faire preuve de piété d’ailleurs. Simplement pour assister à un nouveau miracle. Et quel miracle ! Celui de voir une sourate du Saint Coran s’effacer de la télévision pour laisser apparaître le visage de leur président disparu depuis un mois et demi. Mais, pour l’heure, 225 appels à la prière n’auront pas suffi. Comme quoi, si les voies du seigneur sont impénétrables, celles du pouvoir algérien le sont tout autant !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Slimani, le « Bon Dieu » et… le pouvoir »

  1. Tiens, tous les journalistes ont appris et n’arrêtent pas d’employer un nouveau mot qu’ils ont trouvé et appris dans l’article d’un journal de foot africain « Vendangé », personne n’a remarqué ça ??? mdrrr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s