The Road To Jajouka : un périple sans fausse note !

par Hervé Pugi.

Drôle de rencontre sur la route de Jajouka entre l’avant-garde de la musique underground occidentale et des sonorités ancestrales des montagnes marocaines. Un album hommage en forme de remise en lumière du plus grand «groupe de rock and roll formé il y a 4000 ans» selon les propres termes de l’écrivain William Burroughs. Une découverte transcendantale sur les traces de Bou Jeloud.

Si les Hippies avaient comme destination favorite Katmandou, on oublie trop souvent que certaines grandes figures des sixties avaient fait du Maroc et de l’interlope Tanger un lieu de résidence particulièrement prisé. Les écrivains Brion Gysin et William Burroughs en furent deux éminents résidents qui appréciaient autant les voluptés du Haschich local que les légendes autochtones. Dans cette quête d’authenticité, non teintée d’un goût extravagant pour le mysticisme, c’est donc tout naturellement que la renommée des légendaires «Master Musicians of Jajouka» résonnèrent  de manière particulière à leurs oreilles expertes. Une simple lecture de quelques pages du trop méconnu, bien que passionnant, «Désert Dévorant» du premier nommé permet de le réaliser pleinement.

Partie prenante de la culture soufie locale, cette musique issue des montagnes du Rif sortirait également de la nuit des temps. Suffisant pour l’envelopper d’un voile de mystère à nul autre pareil. Particulièrement marquée par des sonorités répétitives produites par l’addition des Ghaita, Tebel, Dajarbouga, Bendir, Gimbri, Lira et autres Kamanja s’entremêlant dans un fracas extraordinaire, le son de Jajouka aurait la particularité de conduire ses auditeurs vers la grande unité avec Dieu. «Cette musique n’a ni début ni fin, témoigne d’ailleurs Lee Ranaldo, l’un des contributeurs enthousiastes du projet, c’est un spirale sans fin qui s’enroule autour de vous avant de vous conduire dans la transe et la spiritualité du rythme.»

Puissance et spiritualité aux rendez-vous !

C’est cet aspect bien particulier, il faut bien l’avouer, qui avait conduit Brian Jones, membre fondateur des Rolling Stones, ou encore Timothy Leary, «père» de LSD, à se rendre sur les traces des maîtres de Jajouka. A une époque ou drogue, musique et spiritualité s’entremêlaient allègrement de mille façons, la rencontre était inévitable. Toutefois, après le passage de ces quelques privilégiés prestigieux, de rares aventuriers en goguette et d’un époque qui ne dura qu’un temps, la musique des montagnes du Rif n’a pas tardé à retomber dans l’oubli, quand bien même certains enregistrements et écrits n’ont pas manqué de renforcer le mythe de ces musiciens d’un genre unique. Pour Burroughs, encore lui, ceux-ci ne faisaient ni plus ni moins qu’entretenir des rites remontant au culte grec du Dieu Pan !

C’est donc cet héritage puissant, maintenu en vie par le maître de la confrérie Bachir Attar, que certains érudits de la musique contemporaine ont décidé de revisiter. Lee Ranaldo, Ornette Coleman, Marc Ribot, Flea, John Zorn, entre autres intervenants, sont autant de noms qui parlent forcément à l’oreille des amoureux du rock, du jazz ou de l’expérimental.   L’addition de rythmiques nouvelles, de guitares envoutantes ou de cuivres fascinants offrent ainsi une nouvelle jeunesse à cette musique qui ne perd rien de sa puissance ni de sa spiritualité. Toutefois, force est de constater que ce «Road to Jajouka» ne peut être qu’une introduction à la musique des «Master Musicians of Jajouka». Ce mixage, aussi habile soit-il, ne saurait en effet pleinement rendre grâce aux morceaux d’origine.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s