Darfour, une escroquerie « made in USA » !

par Hervé Pugi.

Parce qu’il convient de battre en brèche les idées reçues véhiculées dans la majorité des médias, il s’agit désormais – mieux vaut tard que jamais – de dénoncer l’immense arnaque ayant entouré la dénonciation d’un génocide au Darfour. Le tout ayant conduit le Soudan a se retrouver au ban des nations. Une escroquerie Made in USA parfaitement illustrée par le lobby Save Darfur que certains aiment à présenter comme une généreuse ONG. Il y eut l’Afghanistan ou l’Irak. Il faut ajouter le Soudan sur la liste des enfumages de l’administration Bush.

C’est le Washington Post qui a révélé le pot au rose. À demi-mot, certes, mais il faut rendre au Post ce qui est au Post et à Bruce Dixon ce qui est à Bruce Dixon, ce troublemaker qui aura été une rare voix dissonante, source de cet article, dans cette Amérique qui a suivi sans sourciller les discours enflammés de George Clooney et ses acolytes qui ne crachent jamais sur une bonne cause lorsqu’il y a, paraît-il, un petit virement bancaire à la clé.

Save Darfur, porte-drapeau de la cause, réunit ainsi un melting-pot de tout ce que les États-Unis comptent d’activistes intéressés. À la base de sa fondation : l’American Jewish World Service et le Musée Mémorial de l’Holocauste en Amérique, ralliés par des chrétiens évangélistes – millénaristes dans l’attente de l’apocalypse – ainsi que des membres connus pour leur soutien inconditionnel au réjectionnisme d’Israël au Moyen-Orient. Leur moyen d’action ? Injecter des millions de dollars afin d’obtenir un consensus et favoriser une politique interventionniste de la part de la Maison Blanche. Et quelle meilleure excuse qu’un génocide pour entrainer le champion du monde libre dans un conflit ?

Car Save Darfur ne fait pas franchement dans l’humanitaire. La couleur de l’argent collecté, les victimes du Darfour ne l’ont jamais vu ! Ces précieux fonds sont investis massivement dans des campagnes de lobbying auprès du gouvernement. Le tout en présentant sans ambages le conflit comme une affaire purement ethnique : des méchants arabes massacrent des gentils noirs. Ajoutez quelques musulmans au nord, des catholiques au sud et tout est parfaitement ficelé. Un travail que cette véritable coalition a plutôt bien réussi car le Post de Washington comme le Times de New York ont laissé entendre que le président Bush n’a eu de cesse de saboter les négociations de paix au Darfour.

La guerre, c’est avant tout une question de terminologie. Un « génocide » que le Darfour ? Une affirmation qui a fait bondir Nita Evele. « L’idée qu’un quart de million de personnes au Darfour constitue un génocide alors que ce n’est pas le cas pour 5 millions de morts au Congo, c’est odieux et absurde ». Et la militante congolaise d’insister : « Ce qui s’est passé et qui se poursuit au Congo n’est pas un conflit tribal, ni une guerre civile non plus. C’est une invasion. C’est un génocide qui a fait 5 millions de morts, 20 fois le nombre de morts au Darfour, perpétré dans le but de mettre la main sur les ressources naturelles du Congo ».

Le point commun entre la RDC et le Soudan ? Leurs richesses ! De fait, personne ne semble s’émouvoir de l’incroyable concentration de seigneurs de guerre et autres mercenaires, ligués aux armées de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi ou d’Angola, lancés dans le pillage des trésors de la République démocratique du Congo sur fond de massacres, de viols et de dépeuplement de régions entières dans de proportions qui dépassent de loin le exactions constatées au Soudan. L’extraction du coltan  – indispensable pour le montage des ordinateurs et des téléphones cellulaires – est à ce prix. L’exportation de l’uranium pour les réacteurs et les centrales nucléaires de l’Occident, ainsi que les diamants, l’or, le cuivre, le bois et les autres ressources valent bien ce sacrifice.

C’est en tout cas ce que semblent penser Andrew Young, ancien ambassadeur de l’ONU, et George Bush père, bien connu. Petite précision : les deux siègent au Conseil d’administration de la société Barrick Gold, spécialisée dans l’extraction de minerai et particulièrement présente en… RDC. Bien sûr, avec des bénéfices tirés de cette extraction, il n’est pas question de « génocide », et pourquoi s’en mêler alors que tout file vers l’Occident ?

Au Soudan, est-il besoin de dire que le Darfour, comme bon nombre de régions du pays, est situé sur… une nappe de pétrole. Tant pis pour Exxon, Chevron ou BP, exclus du petit jeu de la concurrence. Tant mieux pour la Chine. Et, continuons l’analogie en rappelant que la sécession du Soudan du Sud, tellement souhaitée, appuyée et célébrée par Washington, répond à cette même logique. Avec le succès que l’on sait au regard de la situation du dernier né des États du continent. Et puis il y a les gisements d’uranium du Soudan. On connaît leur importance dans la chaîne nucléaire. Et puis, on peut en sourire, mais il y a la gomme arabique, dont sont dépendants les Coca et autres Pepsi mais aussi les fabricants de friandises tout comme, tout aussi sérieux, les entreprises pharmaceutiques. Suffisant pour faire montrer au créneau ces autres lobbyistes qui se sont assurés que cette dernière richesse soit écartée de l’embargo institué en 1997.

Les frontières du Darfour avec la Libye et le Tchad, pays qui ont des ressources pétrolières considérables, sont à portée de l’Afrique Occidentale et Centrale, et peuvent constituer un itinéraire pour un oléoduc. Et puis le Soudan est situé en face de l’Arabie Saoudite et des États du Golfe, où subsistera, quelques années encore, une grande partie du pétrole mondial facile à exploiter. Avec la création d’AFRICOM, le nouveau commandement du Pentagone pour le continent africain, les États-Unis ont clairement montré leur intention d’implanter une zone stratégique sur le continent africain. A partir de bases permanentes au Soudan, l’armée américaine pourrait influencer la politique et l’économie de l’Afrique pour les vingt-cinq-trente ans à venir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s