Somaliland : le 55e État du continent

par Hervé Pugi.

L’Afrique et ses frontières ! Large débat qui doit tout à un héritage colonial contestable et contesté. Plus encore après que le sacro-saint principe international d’intangibilité ait été allègrement bafoué récemment. De quoi ouvrir quelques horizons au Somaliland ? Récit du destin hors norme du potentiel 55e État du continent.

Au commencement était deux États qui, au sortir de la colonisation, se sont trouvés – presque naturellement – liés. Mohamed Hagi Mohamoud, du Département d’études politiques et internationales de l’université de Warwick, raconte : « Quatre États ont été combinés. Syrie et Égypte sont devenus la République arabe unie entre 1958 et 1961. Ces peuples vivent désormais côte à côte en ayant mis sur pied une coopération économique et sociale. Les deux autres États concernés sont le Somaliland et la Somalie. Cette union politique a tenu péniblement plus de trois décennies. »

« Péniblement », voilà qui en dit long sur le sentiment et (les ressentiments) qu’a fait naître ce mariage forcé donnant corps au concept de « Grande Somalie ». Un rêve qui a tourné au cauchemar selon l’universitaire : « Ce fut trente ans d’injustice. La population a dû en passer par une longue guerre meurtrière pour finalement retrouver sa souveraineté au début des années 90». Autrement dit une certaine autonomie, à défaut d’une véritable indépendance.

Et ce quart de siècle de rupture aurait quelque chose d’exemplaire à en croire Mohamed Hagi Mohamoud : « C’est une expérience à part entière, faite de paix, de démocratie (avec de véritables alternances) et de développement économique. Le tout sans aucune aide extérieure. L’histoire du Somaliland est unique, et cette singularité mérite d’être étudiée, car elle pourrait – elle devrait en fait – mener les autres nations à donner un sens à la question de la reconnaissance ».

Paradoxale communauté internationale…

Ce dernier point interroge forcément. Ce modèle de réussite ne trouvant que peu d’écho auprès de la communauté internationale qui applaudit d’une part mais craint de l’autre que ce nouveau précédent ne donne quelques idées sécessionnistes sur le continent… Paradoxal lorsqu’on se souvient le rôle que certains pays, États-Unis en tête, ont joué dans l’indépendance du Soudan du Sud. À côté de cela, le chercheur pointe du doigt le rôle des voisins, comme l’Éthiopie ou Djibouti, «  tiraillés entre la tranquillité que leur apporte à leurs frontières un État pacifique comme le Somaliland et l’ombre que pourrait leur faire ce même pays, d’un point de vue économique ».

Et Mohamed Hagi Mohamoud de l’affirmer : « le Somaliland ne présente aucun danger majeur en matière de sécurité ». Un sacré contraste avec le chaos qui peut régner en Somalie voisine : « Nous avons d’un côté l’enfer somalien, avec un gouvernement fédéral illégitime, et de l’autre la paisible démocratie du Somaliland. Et, paradoxalement, la communauté internationale soutient pleinement une Somalie affaiblie qui n’a de cesse de clamer que le Somaliland fait pleinement partie de son intégrité territoriale. Nous parlons d’un gouvernement qui ne contrôle que la moitié de sa capitale, ce qui a uniquement été rendu possible par l’apport de troupes africaines de l’AMISOM ! »

De fait, le Somaliland attend son heure, ce qui n’est pas sans éveiller une certaine perplexité auprès de la population : « Les questions que le peuple se pose sont nombreuses : pourquoi le monde tourne-t-il le dos à un État pacifique, démocratique et de droit alors que la Corne de l’Afrique connaît le chaos politique, les crises humanitaires, le terrorisme, les conflits tribaux et la piraterie ? Et, surtout, qu’est-ce qui empêche la reconnaissance du Somaliland comme 55e État africain ? Est-ce des raisons légales ou… politiques ? »

On attend les réponses…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s