Khalid Abdel Rahman : « Rien n’est insignifiant, tout est extraordinaire ! »

Basé à Khartoum, Khalid Abdel Rahman est un artiste peintre « au style distinctif, très distinctif, composé de scènes architecturales abstraites de quartiers de la classe moyenne » de la capitale soudanaise. C’est en tout cas ainsi que The Arts Council of New Orleans , qui lui a consacré l’exposition A Disappearance lors de l’été 2017, a présenté le travail de ce quasi documentariste du quotidien qui explore, à sa manière, l’un des plus grands pays d’Afrique aux potentialités énormes qui se voit tiraillé entre un gouvernement contestable et un embargo économique américain aussi injuste que dévastateur. La coloration brillante et triste de ces quartiers vides reflète la réalité d’une classe en voie de disparition et d’un peuple qui se désagrège. Comme une scène surréaliste tirée d’un souvenir aperçu dans un rêve. Ce talentueux artiste a humblement accepté de se confier à Scribouille.

Scribouille : Khalid Abdel Rahman, dites-nous en plus sur vous : qui êtes-vous ?

Khalid Abdel Rahman (K. A. R.) : Je suis né à Khartoum en 1978 mais je n’ai débuté ma carrière voilà tout juste sept ans de ça  à l’occasion d’une exposition organisée en mon nom au Centre culturel français. Je n’ai depuis lors jamais cessé de pratiquer mon art tout en cherchant à sans cesse m’améliorer.

Scribouille : Etre un artiste, devenir peintre, était-ce une évidence pour vous ?

K. A. R. : Non, j’imagine que non, c’était en fait tout sauf une évidence. Et ce quand bien même, aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours ressenti cette envie de créer. J’ai surtout passé une grande partie de ma vie à hésiter et à chercher le courage de prendre au sérieux cette aspiration.

Scribouille : Je ne suis pas critique d’art mais, personnellement, ce que j’aime dans votre travail c’est que vous mettez de la poésie à un quotidien insignifiant. J’espère que vous prendrez ça comme un compliment ! D’où vous vient cette sensibilité ?

K. A. R. : Bien sûr que je prends ça comme un compliment ! C’est tout ce que j’essaie de faire passer à travers mon travail. Rien n’est insignifiant, rien n’est ordinaire, tout est extraordinaire en réalité ! C’est en tout cas comme ça que je conçois le monde la plupart du temps. Je ne saurais dire d’où cela me vient, peut être est-ce dans ma nature, peut être ai-je été simplement inspiré par les artistes que j’admire. A moins que ce cela ne soit une combinaison des deux. Je ne sais pas vraiment…

Scribouille : Est-ce facile d’être un artiste au Soudan par les temps qui courent ?

A. R. : Pas vraiment, rien n’est simple. Mais j’ai la secrète intuition que c’est partout pareil actuellement et pas seulement au Soudan d’ailleurs.

Scribouille: Je sais que vous avez participé au projet « Sudan Untold/Retold ». Que pouvez-vous nous en dire et comment avez-vous vécu cette aventure ?

K. A. R. : C’est un projet conduit par un autre artiste soudanais, Khalid Albaih, qui a réuni autour de lui vingt artistes pour raconter de manière graphique une partie de l’histoire de notre pays. Pour ma part, j’ai participé en illustrant les sept personnages apparaissant dans le premier livre arabophone jamais connu au Soudan. L’action se passe durant l’époque du Sultanat bleu, voilà près de 500 ans. On peut y retrouver des traces de cette époque jusqu’à notre époque, dans des lieux comme Umm Dawban ou dans d’autres écoles de tradition soufie.

Scribouille : Merci Khalid. J’espère voir votre travail prochainement exposé en France et partout ailleurs.

K. A. R. : Merci Hervé. Vos questions m’ont conduit à m’interroger sur bien des sujets. Je vous souhaite le meilleur.

 

Entretien réalisé par Hervé Pugi.

 

(Photos & peintures par Khalid Abdel Rahman avec son aimable autorisation)

 

Suivez l’artiste sur Instagram !!!

http://instagram.com/khalid_rahman_art

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s